Vierge à l'Enfant, Icône avec Riza en Métal, Collection du Musée de la Basilique de Notre-Dame de Marceille

Muses & A.R.T.

Coût financier de la prise en charge :

1764 €
0
Montant récolté
Propulsé par HelloAsso
association conservation restauration sauvegarde œuvres peintes d'art patrimoine en péril muses et art

FICHE D’IDENTITE

Objet : Icône

Sujet : Vierge à l’Enfant

Technique : Tempera (oeuf)

Nature du support : Bois tendre

Signature : non signé 

Époque : XIXème siècle

Dimensions avec cadre : 53 x 33 x 8 cm

Dimensions de l’icône seule :

Anciennes interventions de Restauration : Non

Lieu de conservation : Musée de la Basilique de Notre-Dame de Marceille (Limoux)

Date d’examen : 06 mars 2020

L’association Muses & A.R.T a été contactée par Monsieur Gaël Favier, conservateur du musée de la basilique de Notre-Dame de Marceille à Limoux, pour intervenir sur une icône en grand péril. Cette œuvre, une vierge à l’enfant, a été offerte en 1862 par la comtesse de Chambord à l’occasion de la fête du 14 septembre qui rend hommage à la croix du Christ. Elle représente donc un objet de dévotion et une pièce importante du musée qui n’est actuellement géré que par une association de bénévoles « Les amis de Notre- Dame de Marceille ».

CONSTAT D’ETAT

Examen des constituants

L’icône est réalisée sur un panneau en bois tendre de 2 cm d’épaisseur. Elle est posée dans une boite-cadre en bois et laiton travaillé, recouverte d’un verre.

La couche picturale est composée d’une préparation blanche que l’on appelle pour les icônes “levkas”, et d’une couche colorée réalisée en tempéra (pigments et liant à l’œuf).

Comme de tradition dans les Icônes, la peinture est ici non pas recouverte d’une couche de vernis mais plutôt d’un mélange d’huile et de résine, l’”olifa”,  qui fait partie intégrante de la couche colorée.

Examen des Altérations

Le support en bois de l’icône présente de nombreuses altérations. L’essence du bois est tendre et son aspect spongieux révèle des attaques d’insectes xylophages. Les vers lorsqu’ils se sont multipliés ont creusé des galeries et se sont nourris de la cellulose du bois entraînant de lourdes conséquences sur la conservation de l’intégralité de l’œuvre. L’ensemble du cadre est encrassé et endommagé. 

La couche picturale de l’œuvre présente des altérations très importantes consécutives aux conditions de conservation, à la déficience du support bois et à la présence de micro-organismes sur la couche colorée. Il y a sur les parties visibles de la couche picturale des soulèvements en toit et des amas de micro-organismes blancs que l’on retrouvera probablement sur toute la surface de l’œuvre. On aperçoit aussi des fragments de couche picturale qui se sont détachés du support bois et accumulés sous la riza.

 

association conservation restauration sauvegarde œuvres peintes d'art patrimoine en péril muses et art
Icône, Vierge à l'Enfant avec Riza en métal (Détail des moisissures), 19ème siècle, Musée de Notre-Dame de Marceille
Icône, Vierge à l'Enfant avec Riza en métal (détail d'un soulèvement et d'une lacune de couche picturale), 19ème siècle, Musée de Notre-Dame de Marceille

PROPOSITIONS DE TRAITEMENT

Opérations de Conservation

Avant le retrait de la riza, les zones les plus fragiles seront sécurisées à l’aide de petites bandes de papier japon et d’un adhésif.

Le métal est fixé au support bois par une vingtaine de clous hétéroclites et rouillés. Ils seront ôtés délicatement avec une petite pince après application d’un dégrippant à leur base.

La riza retirée, la surface totale de l’œuvre est accessible. Il conviendra alors d’enlever les micro-organismes, de repositionner au mieux les fragments de couche picturale exploitables et d’appliquer un fongicide sur la totalité de la couche colorée.

Le support bois doit être lui aussi traité par des injections d’insecticide et d’une résine synthétique.

A l’issu de ces traitements, le refixage fraction par fraction pourra être réalisé en toute sécurité. Il s’agira d’injecter entre la couche picturale et le support bois des colles naturelles puis de les réactiver à chaud. Cette opération permet de rétablir la planéité et l’adhérence entre la couche picturale et le support de l’œuvre assurant ainsi sa pérennité.

Opérations de Restauration

L’Olifa faisant partie intégrante de la couche colorée, il ne sera pas allégé. Le retrait minutieux des crasses se fera donc par l’intermédiaire d’agents nettoyants adaptés. 

Suivra ensuite la réintégration picturale. Les lacunes sont comblées et mises à niveau avec un mastic qui est ensuite poli et façonné pour imiter le relief des surfaces avoisinantes et être en continuité de structure avec la couche picturale originale. La retouche est la dernière étape de la réintégration lacunaire. Elle sera illusionniste pour imiter la facture de l’artiste et rechercher l’identité chromatique par rapport à la couche picturale d’origine. Dans un souci de conservation, un vernis final à base de résine Dammar sera appliqué en protection de la restauration. 

Ces opérations, réalisées avec des produits stables et réversibles, permettront à l’œuvre de retrouver son intégrité historique et esthétique. Celle-ci pourra ainsi après le nettoyage et la repose de la riza être remise dans son cadre, lui-même consolidé et nettoyé.

restauration tableau lyon
Vierge à l'Enfant, Icône avec Riza en métal, 19ème siècle, Musée de Notre-Dame de Marceille (Limoux)